Dans le cadre de la lutte contre les effets du changement climatique: L’Etat associe les collectivités locales

mali

L’hôtel Salam a servi de cadre à la tenue d’un séminaire sur la création des fonds décentralisés. Co-organisé par le ministère de l’environnement, de l’assainissement et du développement durable et le département de l’administration territoriale de la décentralisation et de la reforme de l’Etat, il permettra de définir le cadre juridique qui permettra aux collectivités d’établir des fonds climats décentralisés sous leur contrôle avec l’autorisation de l’Etat. La cérémonie d’ouverture a été co-présidée par le Ministre l’administration territoriale, de la décentralisation, de la reforme de l’Etat Ag Arlaf et son homologue de l’environnement, de l’assainissement et du développement durable Keita Aida Mbow.

Le changement climatique est une menace planétaire  même si l’Afrique participe  faiblement

aux émissions de gaz à effet de serre. Pour circonscrire la menace il faut impérativement une politique d’adaptation pour face à ce changement climatique. C’est dans cette optique que  le projet décentralisé  des fonds climats a été institué.

Dans son allocution le représentant du bourgmestre de la commune III Mahamadou Lamine Koné  n’est pas allé  de main morte pour dire que cette initiative tombe à pic car les municipalités se sont battus pour l’élargissement des compétences. Avant de souligner  qu’en y intégrant pleinement le volet climat  cela ne fera que renforcer la lutte contre les effets néfastes du changement climatique qui sont visibles. Aussi, il n’a pas manqué de dire que la terre est malade et  à besoin de soin. A sa suite, le président de l’Association des Municipalités du Mali et non moins Maire de la commune v Boubacar Bah dit Bill  n’a pas caché sa fierté de participer à cette rencontre au nom des municipalités du Mali. Aussi a-t-il martelé la mise en place d’un dispositif dynamique de lutte contre les émissions de gaz à effet de serre  est un souhait de la COP21 tenue à Paris. Et, lui de dire que depuis 40 ans le Comite Inter-état de Lutte Contre la sécheresse au Sahel(CILSS), lutte pour la préservation de l’environnement.  Avant, d’ajouter que l’Agence Nationale d’Investissement des Collectivités  Territoriales (ANICET),  ne peut que se réjouir du faite que le  code des collectivités locales  a été revu et cela ne fera que renforcer son professionnalisme.

Le Ministre de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement Durable Keita Aida Mbow  dira que : «  le fond  vert pour le climat offre une grande opportunité aux pays pauvres et vulnérables  de faire face au nouveau défi mondiale, qu’est le changement climatique ». Et, elle de rappeler que le fond vert  pour le climat  a été lancé officiellement suite à la session  de la conférence qui s’est tenue à Durban en décembre 2011. A, l’en croire, il a pour objectif de réaliser  le transfert  de fonds  des pays les plus avancés à destination des pays les plus vulnérables afin  de favoriser  l’investissement  dans des projets de réduction des émissions de carbone et d’adaptation  au changement climatique  dans les pays en développement.

Madame le Ministre n’a pas manqué de tirer sur la sonnette d’alarme : «  avec le changement climatique, les pressions sur les ressources augmentent   , les besoins en adaptation aussi, nous devons donc multiplier les voix d’accès aux ressources des fonds mondiaux dédiés au climat  pour permettre à nos communautés de renforcer leur capacité de résilience », a-t-elle dit le visage plein d’espoir. Aussi,  l’accès direct   du Mali à travers l’accréditation de l’ANICT au fonds vert pour le climat  qui  viendra compléter les efforts de nos PTFs, permettra au Mali d’initier de grands projets  et programmes d’adaptation  et d’atténuation au changement climatique. Mais pour que ces projets  se concrétisent, il faut l’engagement de tous  a fait savoir Madame la Ministre. Elle a mis à profit ce séminaire pour annoncer la bonne nouvelle. Effet suite au rendez-vous de la COP21 tenue à Paris    des pays comme la France, la Suède, le Royaume Uni, l’Allemagne, le Canada, le Luxembourg, la Norvège, le Danemark,   les Pays Bas, la Belgique, l’Espagne… ont pris l’engagement de mettre la main à la poche pour soutenir les projets qui vont dans le sens de la préservation de l’environnement.

 

Badou S. Koba 

Source: CARREFOUR

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *